Actualités

envoyez vos infos à contact@lgbt-paca.org

Réveillons nous

publié le 11 déc. 2017 à 07:39 par LGBT PACA   [ mis à jour : 11 déc. 2017 à 07:39 ]

Noël pour tou·te·s et les autres. 15 DEC 19H -> 22H AU PULSE

Un festival de féminismes

publié le 10 nov. 2017 à 05:14 par LGBT PACA   [ mis à jour : 10 nov. 2017 à 05:15 ]

CP du T-Time: Conférence organisée par “Fierté Montpellier Pride”

publié le 3 oct. 2017 à 22:45 par LGBT PACA   [ mis à jour : 13 oct. 2017 à 23:47 ]


Le 03/10/2017, par le T-Time
Les 17, 18 et 19 novembre 2017, se tiendra à Montpellier une conférence « nationale » intitulée : "Les trans, parlons-en", organisée par l’association Fierté Montpellier Pride.
L’association T-Time a été invitée à intervenir pour "témoigner des discriminations, violences verbales et/ou physiques dont sont victimes les personnes « Trans »".
Au programme de cette conférence, une journée entière intitulée "chronologie d'UN parcours transidentitaire" où interviendront différents professionnels de la médecine, ainsi que des membres des équipes hospitalières (SOFECT) ; psychiatres, sociologues, laboratoires pharmaceutiques, chirurgiens, etc.
Tout comme d'autres associations, le T-Time a été invité à intervenir le dimanche, de 16h15 à 17h15. Nous ne voyons que trop bien la place accordée aux principal.es concerné.es. Un créneau d'une heure, en fin de week-end, là où le corps médical aura une tribune d'une journée, sans contradictoire, le vendredi.
Nous ne pouvons accepter sans ciller ce rôle qui nous est encore et toujours attribué, faisant fi de l'empowerment que les collectifs et associations trans mettent en œuvre depuis 30 ans à travers un tissu associatif d'auto-support, d'entraide, de lutte contre la psychiatrisation et contre les protocoles des équipes de la SOFECT.
Le T-Time, comme toutes les associations membres de la Fédération Trans et Intersexes (FTI), est farouchement opposé à une vision psychiatrisante de la Transidentité, et demande le démantèlement de ces équipes qui, régulièrement, violentent, discriminent et jugent sur des critères arbitraires les personnes trans et intersexes qui se présentent à elles tout en s'arrogeant le droit d'en exclure celles qui ne rentrent pas dans leurs critères d'un autre temps.
Le T-Time, ainsi que les associations membres de la Fédération Trans et Intersexes, lutte pour la diversité des "parcours" et le libre choix des médecins, ce que la SOFECT s'échigne à nous refuser.
L’association Fierté Montpellier Pride entend que nous témoignions des violences subies par les personnes trans alors que les premières violences sont celles perpétrées par ces équipes hospitalières de la SOFECT ! (psychiatrisation, tests psychologiques, test de vie réelle, parcours unique, stérilisation ...)
Parce que Fierté Montpellier Pride déroule un tapis rouge aux équipes psychiatrisantes de la SOFECT, parce que cette association n'a aucune légitimité à parler sur nous sans nous concerter et se fait la complice des violences perpétrées sur les personnes trans et intersexes, le T-Time appelle à un BOYCOTT de cette pseudo-conférence!
Ainsi, en boycottant clairement cette conférence organisée sans concertation aucune avec les associations d’usager.es trans, nous dénonçons que la première violence dont sont victimes les personnes trans et intersexes vient du monde médical en général et du monde psychiatrique en particulier.
Cette conférence s’inscrit de plus dans un contexte très récent de confiscation de la parole des personnes trans et intersexes, par des associations de médecins, de santé, LGBT, ou des partis politiques (d'autres colloques, conférences sont ainsi annoncés dans d'autres villes de France avec la SOFECT comme principale intervenante).
Il est inadmissible de constater qu’à notre époque, alors même que les associations trans et intersexes, se fédèrent pour peser dans le débat sociétal, des associations de personnes non concernées parlent encore en notre nom, organisent des conférences pour parler de nous, sans nous, prennent des décisions sans nous consulter, tout en instrumentalisant, le plus souvent, quelques personnes trans parmi leurs membres pour mieux légitimer leurs pratiques d’un autre temps.
Nous appelons donc nos membres, les collectifs, groupes et associations réellement allié.es et défenseur.es des libertés des personnes trans et intersexes à se joindre à notre boycott de cette conférence ainsi qu’à relayer le présent communiqué.
Co-signataires:

Tribune: Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires

publié le 3 oct. 2017 à 06:08 par LGBT PACA   [ mis à jour : 3 oct. 2017 à 06:10 ]

 Alors qu'un bus de la plateforme CitizenGo s'apprête à sillonner les rues de Paris et d'Ile-de-France contre l’idéologie du genre, un collectif d'associations engagées dans la lutte pour les droits des lesbiennes, gays, bi et trans appellent à faire barrage à une telle propagande.

Si l’actualité voit ressurgir l’influence des réactionnaires dans le débat public, l’école n’est pas à l’abri des propos sexistes, LGBTphobes, haineux et mensongers qui vont crescendo depuis 2013. En ce début d’année scolaire, il est une action qui nous préoccupe particulièrement.

CitizenGo organise en Ile-de-France, du 3 au 9 octobre, la tournée d’un bus visant à «protéger les enfants» et à «alerter» les parents contre la politique de l’éducation nationale… et c’est encore une fois la même antienne : l’obsession d’une école qui n’instruirait plus mais se substituerait aux parents pour éduquer les enfants, les délires diffamatoires sur une prétendue éducation sexuelle dès la maternelle, l’opposition farouche à la déconstruction des stéréotypes de genre, le déni des familles homoparentales.

Cette nouvelle attaque réactionnaire est annoncée par un communiqué tissant, avec une outrance qui sidère autant qu’elle révolte, le complotisme, la victimisation et le mensonge pur et simple (et de tels propos ont déjà été sanctionnés par la justice, avec la condamnation pour diffamation de l’écrivaine Farida Belghoul).

Cette stratégie et ces propos montrent une nouvelle fois le projet de société délétère porté par CitizenGo et ses épigones : une société où toutes les outrances verbales sont permises et où les affirmations infondées devraient faire foi face à la réalité des faits, une société qui s’accommode et même défend les stéréotypes sexistes et LGBTphobes qui enferment et stigmatisent au mépris de l’épanouissement des uns, des unes et des autres, une société qui nie l’égalité des droits et le respect des individus.

Et ce n’est pas seulement cette vision réactionnaire qui doit nous alerter, mais aussi les conditions de possibilité d’un discours aussi rétrograde. Si toutes les franges réactionnaires occupent à ce point la place publique, si elles le font avec une outrance aussi décomplexée, c’est que la frilosité des politiques en matière de lutte contre le sexisme et les LGBTphobies et la complaisance dont beaucoup ont fait preuve à l’égard de propos et d’attitudes clairement LGBTphobes les y ont encouragées.

Face à la haine au visage tranquille, l’urgence est donc double : il faut défendre un projet de société égalitaire, ouverte, émancipatrice, dans lequel l’école, parce qu’elle est un lieu de socialisation autant que d’apprentissage, doit contribuer à lutter contre les rapports de domination sexistes, LGBTphobes, racistes qui oppriment et aliènent.

Il faut également exiger la plus grande détermination, le refus de toute complaisance ou compromis de la part de nos institutions (ministère, rectorats, inspections académiques, centres de formation, équipes dirigeantes et pédagogiques des établissements) à l’égard de celles et ceux qui défendent la perpétuation des oppressions sexistes et LGBTphobes. 

Nous, associations et syndicats engagés dans la lutte pour les droits des lesbiennes, gays, des bi et des trans, appelons à faire barrage par les mots et l’action à la propagande réactionnaire de CitizenGo auprès des parents et des pouvoirs publics. Reculer face aux réactionnaires laisserait la porte ouverte à des discriminations sexistes et LGBTphobes toujours plus nombreuses. Nous portons ensemble l’exigence d’une autre société.


Signataires : Acceptess-T; Act Up Paris; Act Up Sud Ouest; ADFH; Adheos; AIDES; APGL association des parents et futurs parents gays et lesbiens; Arc-en-ciel Toulouse/Occitanie; Artogalion Arras Pas-de-Calais; Association Exaequo; Association LBTG; Association LGBT+ du Pays Basque «Les BASCOS»; Association Nationale Transgenre; Centr’Egaux; Centre LGBT Côte d’Azur; Centre LGBT de Normandie; Centre LGBT de Paris Ile-de-France; Centre LGBT de Touraine; CGLBT Rennes; Collectif éducation contre les LGBTphobies en milieu scolaire et universitaire (Fcpe, Fep-CFDT, Ferc-CGT, Fidl, FSU, Sgen-CFDT, Solidaires Etudiant.e.s, SUD Education, UNEF, UNL); Collectif IDEM Marseille; Collectif Pride de Nuit; CONTACT Paris Ile-de-France; Contact Rhône; Couleurs Gaies; Equinoxe Nancy; Estim’; Fédération LGBT; Fiertés Lille Pride; Fierté Montpellier Pride; Gay-T Normande; Groupe Action Gay et Lesbien du Loiret, centre LGBT Orléans; HES; Homogène; Inter-LGBT; La Lesbian and Gay Pride de Lyon; La Station Centre LGBTI de Strasbourg-Alsace; Le Girofard centre LGBT+ de Bordeaux-Aquitaine; Les Enfants d’Arc-en-Ciel l’asso; Multi’genres 56; NELFA réseau des associations européennes des familles homoparentales; NOSIG-Centre LGBT de Nantes; Quazar Centre LGBT d’Angers; Rando’s Provence; SIS-Animation.

TDOR 2017 en PACA, Marseille et Nice...

publié le 21 sept. 2017 à 09:05 par LGBT PACA   [ mis à jour : 12 nov. 2017 à 22:47 ]

 Marseille, 20 novembre.

Pour la sixième année consécutive, des associations marseillaises s'associent pour célébrer le “TDoR” en souvenir des victimes de la transphobie: un film et une action pour échanger, s’informer et se souvenir.

Tous les trois jours une personne transgenre est tuée dans le monde en raison du rejet et de la pathologisation des transidentités (*). Chaque jour, des milliers de personnes trans’ ou intersexes subissent des violences verbales ou physiques et des discriminations. La transphobie est, dans notre société patriarcale, binaire et inégalitaire, un symptôme des discriminations liées au genre. En France, entre autres, s’exerce encore une transphobie d’état assurée par la quasi totalité du corps médical et juridique.

Le 20 novembre, la journée Internationale en souvenir des victimes de la transphobie (ou TDoR, transgender day of remembrance) veut rendre hommage à la mémoire des personnes subissant les transphobies, réveiller la conscience collective et des médias sur les crimes transphobes, et rappeler aux personnes cisgenres (non-transgenres) que les personnes trans existent, qu'elles, qu'ils et qu’yels sont leurs enfants, parents, soeurs, frères, ami·e·s ou amant·e·s.

Il s’agit aussi à cette occasion d’expliquer et de médiatiser les revendications des personnes trans’ et intersexes et de celles et ceux qui les soutiennent : le changement d’état civil libre, gratuit et déjudiciarisé; des “parcours médicaux” sans psychiatrisation ni choix imposés; l’arrêt des mutilations et des assignations des intersexes à la naissance; la lutte contre la transphobie grâce à l’évolution de la loi et à la prévention; le respect des enfants et des adolescent·e·s trans et leur protection; le respect de l’identité de genre dans toutes les situations, y compris dans les prisons et à l’occasion des démarches de régularisation des migrant·e·s. Sensibiliser à la transphobie, c'est aussi lutter contre le système cis hétéro-patriarcal qui produit entre autres le sexisme, la lesbophobie et la gayphobie. C'est aussi lutter contre les oppressions croisées de genre, de "race " (le mot "race" n'a aucun fondement biologique mais les groupes sociaux basés sur la race ont été historiquement construits et continuent d'agir via le racisme) et de classe, qui produisent des oppressions différentes et non cumulées. Rappeler, toujours, que la diversité est l’une de nos richesses.

Le 20 novembre à Marseille
, l'Observatoire Des Transidentités, le T.Time, SOS homophobie, AIDES et le cinéma Les Variétés proposent:
Le “parcours de vie” transexpress est principalement conçu pour les personnes au contact du public, mais ouverte à tout·e·s. Il s'agit d'un bref “jeu” de rôle. Les participant·e·s passent 24 minutes dans la peau d’une personne trans, selon un synopsis qui leur est distribué, et rencontrent tour à tour des membres de leur famille ou d’associations, des professionnel·le·s de santé, et des personnes qui détiennent une forme d’autorité (postier·e, employeur·se, policier·e etc.). Ce passage express dans la vie d’une personne trans illustre les violences institutionnelles et les obstacles quotidiens. Il montre aussi comment les gens (vous, peut-être?) peuvent, en fonction de leur attitude, leur rendre la vie simple ou insupportable. Mais, évidemment, la vie ce n’est pas un jeu.

(*) Chiffres de l'Observatoire des personnes trans assassinées, un projet soutenu par l'ONG internationale Transgender Europe.


 Chaque 20 novembre, la journée internationale du TDoR (transgender day of remembrance) attire l’attention sur les violences subies par les personnes trans. Chaque année, en PACA (à Avignon, Marseille et Nice...), les associations proposent des évènements, actions, films, expositions, débats et soirées en souvenir des personnes disparues, victimes de la transphobie. Pour ajouter un évènement dans cette liste, écrivez à contact@lgbt-paca.org

Les programmes 201620152014, 2013, et 2012 sont encore sur ce site.



Nice, 20-26 novembre.

La Journée du souvenir trans (Transgender Day of Remembrance – TDoR se tient internationalement le 20 novembre. Elle fait vivre le souvenir des personnes assassinées ou poussées dans la mort par la transphobie, c’est-à-dire le refus de l'existence et la haine des personnes trans.

Lundi 20 Novembre, à 18 heures, Le Centre LGBT Cote d'Azur organise un RASSEMBLEMENT ET RECUEILLEMENTPlace Massena à Nice (entrée de la promenade du paillon)  
https://www.facebook.com/events/1659786787377758/ 

Aujourd'hui, en France et partout dans le monde, les personnes trans sont discriminées. L'imposition d'obstacles successifs les enferme brutalement dans une grande précarité sociale.

Nous nous rassemblons pour interpeller les consciences. Nous nous rassemblons parce que nous croyons aux valeurs de fraternité et de dignité, et parce que nous sommes attaché-e-s au respect des droits humains.

D'autres actions sont menées cette même semaine pour échanger et interpeller sur la situation et les droits des personnes transgenres en France, en Europe et dans le Monde :

20/11 : Projection du film « Transitioning - Transgender Children » , avec prise de parole et questions, au Cinéma Le Mercury à 20h30, organisée par l’association Polychromes. Avec la participation de la présidente de l'association de parents d'enfants transgenres Chrysallis (Espagne). Entrée : 4 €

22/11 : Soirée Poésie et Chansons. Lecture de poèmes par la Poétesse Lou Spry et Ayça Top, étudiante en sociologie-philo. Chansons par l'Auteure-Compositrice Juline au Centre LGBT Côte d’Azur, 123 rue de Roquebillière à Nice, à 19h30. Organisées par l’ATCA (Association des Transgenres de la Côte d'Azur). Entrée libre. Premier verre offert.

26/11 : Pièce de théâtre « Le Syndrome Roberta », Théâtre L'Alphabet Nice, 19 rue Delille à Nice, à 20h. Mise en scène : Benoi Josset. Réservation indispensable sur centrelgbt06.fr(bientôt disponible). Entrée : libre à partir de 5 €.

#RainbowMarch : 28 Juin, Marseille

publié le 14 juin 2017 à 01:01 par LGBT PACA   [ mis à jour : 18 juin 2017 à 05:18 ]

#RainbowMarch : 28 Juin -

Commémoration des émeutes de Stonewall





 Les émeutes de Stonewall sont une série de manifestations spontanées et violentes contre un raid de la police qui a eu lieu dans la nuit du 28 juin 1969 à New York, au Stonewall Inn (dans le quartier de Greenwich Village). Ces événements sont souvent considérés comme le premier exemple de lutte des LGBT+ contre un système soutenu par les autorités et persécutant les MOGAI ("Marginalized Orientations, Gender Alignement and Intersex"). 

Ces émeutes représentent le moment symbolique marquant le début du mouvement des droits civiques pour les homosexuels, aux États-Unis et partout dans le monde.



En 2017, comme nous avons pu le voir, les camps de concentrations pour homosexuels sont toujours d'actualité, nous avons toujours autant de mal à faire valoir nos droits en France (et partout ailleurs dans le monde), l'homophobie ordinaire s'est démocratisée grâce aux médias et aux stéréotypes malaisantsvéhiculés dans certaines émissions de télévision, touchant principalement les millennials...

Nous avons donc du soucis à nous faire pour le futur, la jeunesse représentant l'Avenir d'une société,préservons la d'un conditionnement de la haine envers la différence et la diversité.


Partout dans le monde, nous assistons à une montée de violence extrême et radicale envers les LGBTQI+ .


Stonewall fut le début d'une prise de conscience,

s'inscrivant dans un changement sociétal global.


Parce que le mot résister doit toujours se conjuguer au présent, marchons vers la plus Queer des insurrections !

Parce que se sentir en sécurité ne devrait jamais être un privilège, et doit être la base des droits humains, marchons ensemble pour plus d'humanité !


« À travers l'Histoire,

les changements réellement fondamentaux qu'ont connus les sociétés n'ont pas été imposés par des gouvernements ni ne sont le résultat de batailles, mais ils s'expliquent par le changement de mentalité, souvent seulement un infime changement, d'un grand nombre de personne. »


Revendiquons notre droit de manifester le 28 juin, qui est la seule et véritable date symbolique des luttes LGBT+

Marseille est la deuxième plus grande ville de France, pourtant notre cité phocéenne est loin d'être ouverte et tolérante envers les minorités sexuelles.

Il est de notre devoir de faire valoir nos droits -ceux des Lesbiennes, Gays, BiEs, Trans, 

Queer et Intersexes-, 

auprès des pouvoirs politiques

et d'enclencher une dynamique collective pour promouvoir notre visibilité !


Nous vous proposons d'organiser une 

Marche Nocturne SAUVAGE 

(non déclarée à la Préfecture)

 le Mercredi 28 Juin à 18h30 

-départ sous l'Ombrière du Vieux-Port-,

 en commémoration de Stonewall,

 et pour notre avenir en commun.


Sois actrice,

Sois acteur

du changement,

apporte tes idées, tes valeurs, tes convictions, ton amour

L'Histoire LGBTQI+ c'est toi !

​​​

Nous vous remercions de partager l'information auprès de vos contacts

Suivez l'actualité


Le Collectif Rainbow Cité sur Facebook
​​
​-----------------------

#RainbowMarch - Evénement sur Facebook


Soirée contre l'homophobie - Six Fours Les Plages - 1er juin

publié le 25 mai 2017 à 00:06 par LGBT PACA   [ mis à jour : 25 mai 2017 à 00:07 ]



Juin, Mois du Sport au Féminin

publié le 5 mai 2017 à 05:57 par LGBT PACA   [ mis à jour : 5 mai 2017 à 05:57 ]


Frontrunners Marseille co-organise la 3ème édition de Juin, Mois du Sport au Féminin avec le comité FSGT 13 et la délégation Méditerranée de la FSGL dans le cadre de Marseille Provence Capitale Européenne du Sport 2017. Le projet a reçu le label Argent, à rayonnement national.

La marraine de la 3ème édition est Mélanie Hénique, spécialiste du 50m papillon.

C'est une série d'évènements 100% gratuits dont l'objectif est la promotion de la représentation des femmes dans le sport pendant tout un mois.
Vous trouverez ci-joint le document qui invite les clubs à participer et à proposer des activités.
Un site www.juinsportfeminin.fr et un groupe Facebook Juin, mois du sport au féminin donnent les informations utiles.

avant-dernier T-Time de l'année

publié le 4 mai 2017 à 22:52 par LGBT PACA   [ mis à jour : 4 mai 2017 à 22:52 ]


l'avant-dernier T-Time de l'année aura lieu le mardi 16 mai de 19h à 21h dans les locaux de AIDES, au 3 Boulevard Longchamp 13001 Marseille ( sonnez au 1er étage et montez).
Venez nombreuxse!!!
Vous pouvez si vous le souhaitez vous changer sur place
Au programme:
- création du T-Time en association: pourquoi, comment, quels besoins...
-la FTI c'est quoi? pourquoi en faire partie?
- Echanges habituels
- retours si besoin sur les changement de prénom selon les viles et la situation concernant les ALD bloquées

SEMAINE DE LUTTE CONTRE L’HOMOPHOBIE & LA TRANSPHOBIE Avignon du 13 au 20 Mai 2017

publié le 4 mai 2017 à 04:57 par LGBT PACA   [ mis à jour : 5 mai 2017 à 01:50 ]



Toute la semaine du 13 au 20 mai, des évènements : Théâtre, Soirée, Concerts sont proposés pour célébrer la Journée Internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie*.


(*IDAHOT 17 Mai : International Day Against Homophobia & Transphobia)

Samedi 13 Mai à 14h30 et Dimanche 14 Mai à 11h, au théâtre du Vieux Balancier (Avignon Centre), théâtre-Forum contre l’homophobie en inter-action avec les comédien.ne.s de la Compagnie Maâloum. (Tarif : au chapeau)

Jeudi 18 Mai à partir de 19h30, au restaurant le Bercail (île de la Barthelasse), rendez-vous pour une soirée blanche ; dîner en musique habillé en blanc.

Samedi 20 Mai 2017, de 14h à 21h, Place des Corps Saint (Avignon Centre),
  • Concerts de plusieurs artistes dont les Bella Donna 9ch, Amande Douce Amère, Melle Café ou encore Lionel Achenza. Des influences musicales aussi colorées que le drapeau Arc en Ciel, emblème de la cause LGBTQI. (Tarif : au chapeau) 
  • Forum Associatif présentant un panorama des différentes actions et engagements de la lutte contre les discriminations. 
  • TROD* gratuits proposés par AIDES *(Tests de Dépistage Rapide à Orientation Diagnostique du VIH et Hépatite).

Pour tout renseignement :

EMAIL : polelgbt.vaucluse@gmail.com

FACEBOOK : https://www.facebook.com/LanGousteaBreTelles/?fref=ts 

WEB : www.lgbt-paca.org



1-10 of 196