Actualités

envoyez vos infos à contact@lgbt-paca.org

IDAHO 2018 Marseille, Avignon, Cannes, Nice, Aix, Toulon... Tout le programme en PACA

publié le 18 avr. 2018 à 12:09 par LGBT PACA   [ mis à jour : 18 avr. 2018 à 12:10 ]



 La Journée Internationale contre L'Homophobie et La Transphobie (IDAHO) célèbre chaque 17 mai l'anniversaire du jour où l'homosexualité a été retirée de la liste des maladies mentales par l'Organisation Mondiale de la Santé.  

A cette occasion, comme chaque année, de nombreuses associations se mobilisent en PACA pour proposer des STANDS ASSOCIATIFS, CONCERTS, CINÉMA, SOIRÉES FESTIVES...

Si vous souhaitez ajouter sur cette page des évènements organisés à l'occasion d'IDAHO 2015, merci d'écrire à contact@lgbt-paca.org

Les programmes IDAHO 20172016IDAHO 2015 et IDAHO 2014 sont encore sur ce site.



GaySportMed5

publié le 2 mars 2018 à 12:29 par LGBT PACA   [ mis à jour : 2 mars 2018 à 12:29 ]

 Frontrunners Marseille et MUST, les deux clubs sportifs LGBT de Marseille s'associent à nouveau cette année pour l'organisation de GaySportMed5.

 

Le GSM5 se tiendra du 30 mars au 2 avril 2018 (Pâques 2018)

 

Pour rappel, GaySportMed est un tournoi sportif mixte ouvert à toutes et à tous sous le slogan "Contre les discriminations, faisons du sport ensemble". Lors de sa dernière édition en 2016, ce sont près de 400 sportives et sportifs qui étaient au rendez-vous de ce beau moment sportif et convivial: un tournoi multisports comme il en existe peu à Marseille avec 7 disciplines sportives: football à 5 féminin et masculin, natation, volley-ball, badminton, tennis de table, course à pied et pétanque.

 

En alternance avec le tournoi de Tigaly (Lyon) tous les deux ans, le GSM a pour objectif la visibilité des sportifs et sportives LGBT (Lesbienne/Gay/Bi/Trans) et la lutte contre la discrimination dans le milieu sportif.

 

Nous sommes fiers-es de porter un évènement fédérateur parmi la communauté LGBT et au-delà, avec l'appui des commerces partenaires marseilais.
A notre tour d'accueillir la France et l'Europe pour un week-end sportif et festif !

 

Pour toute question concernant le tournoi, vous pouvez nous envoyer vos messages à: gsm5.groupeprojet@gmail.com

 

Sportivement,

Toute l'équipe de GSM5"

8 mars, journée internationale pour les droits des femmes 2018, Aix, Arles, Avignon, Carpentras, Marseille, Martigues, Miramas, Nice...

publié le 17 févr. 2018 à 01:54 par LGBT PACA   [ mis à jour : 6 mars 2018 à 23:52 ]


 La Journée internationale pour les droits des femmes est célébrée le 8 mars. (Pour la première fois depuis 40 ans, l'ONU présente le 8 mars comme la "Journée internationale des femmes". Jusque là, en français, c'était officiellement la journée de "la femme"...) 

A cette occasion, des évènements sont organisés en PACA par les associations féministes et LGBT.

Si vous souhaitez faire figurer un évènement sur cette agenda, envoyez les informations à contact@lgbt-paca.org 



AIX

Séminaire – Prostitution et révolution : une histoire de la citoyenneté diminuée
Mercredi 14 mars 2018 – Aix
Cette enquête sur les prostituées du Paris révolutionnaire restitue le rôle décisif joué par la Révolution française dans l’invention des politiques publiques contemporaines de la prostitution et leur régime de tolérance ambiguë qui fait des femmes qui pratiquent la prostitution des citoyennes de seconde zone. Histoire « au ras du sol », elle interroge les formes de l’expérience des femmes publiques et les logiques de leur stigmatisation sur le terrain afin d’interroger leur droit à la cité et son espace public pour apprécier la place qui leur est faite dans le nouveau corps citoyen.
De 13h à 16h Salle Duby, MMSH (Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme)
5 rue du Château de l’Horloge, 13094


Rencontres et stands – Luttons ensemble pour les droits des femmes d’ici et d’ailleurs
Samedi 17 mars 2018 – Aix
Organisé par un collectif d’associations féministes d’Aix dont le Planning 13. Au programme : stands thématiques, fanfare, flamenco… De 14h30 à 18h30 Place Jeanne d’Arc à côté de la Rotonde

ARLES

Festival – Femmes en mouvement
8 au 27 mars 2018 – Arles
« Mon corps m’appartient ! » est la thématique choisie par le collectif Femmes en mouvement pour sa 9e édition, dédiée à Françoise Héritier, anthropologue, écrivaine et grande figure du féminisme, décédée en novembre 2017.
Au programme : rencontres, conférence, projection, spectacles, expositions, performance, stage, ateliers…
Femmes en mouvement est initié par la ville d’Arles avec le CIDFF Arles, La compagnie de l’ambre-De ses battements d’elles, la Ligue des droits de l’Homme Arles, Incidence, N_VR Photographe, les éditions l’Art-Dit, le Centre Communal d’Action Sociale, l’Atelier Saugrenu, l’UFAL, le Musée Réattu, les Cytèles, Femmes Solidaires Arles, Osez le féminisme Arles, la librairie Les Grandes Largeurs, l’Office des sports, le café Lisbeth et le soutien des collectivités. Programme complet à télécharger : http://www.arlesasso.fr/agenda/activites-associatives-hors-de-nos-locaux/Programme%20Femmes%20en%20mouvement%202018.pdf


MARSEILLE

8 MARS, JOURNEE INTERNATIONALE DE LUTTE POUR LES DROITS DES FEMMES !
15h40 ! Toutes en Grève !
18h ! Manifestons !
Rendez-vous sous l’ombrière du Vieux-Port: de 15h40 à 18heures, venez rencontrer toutes ces associations qui luttent avec nous pour le progrés social qui ne peut pas aller sans l'égalité entre femmes et hommes. 
Il y aura des choses a voir et à entendre et surtout des échanges à engager, des luttes futures à organiser, le gouvernement à interpeller.  

PAS DE PROGRES SOCIAL SANS EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES !
Le 8 mars, n’est pas « la journée de la femme », l’heure n’est pas à la fête. Les inégalités entre les femmes et
les hommes demeurent et le 8 mars, nous sommes toutes en lutte pour défendre les droits de toutes les
femmes.

LUTTONS POUR L’EGALITE PROFESSIONNELLE !
15h40, c’est l’heure à partir de laquelle les femmes travaillent gratuitement ! 26% d'écart moyen de rémunération entre les femmes et les hommes ! Nous dénonçons la féminisation de la pauvreté et les conséquences désastreuses des politiques d’austérité sur les femmes. Rien ne peut justifier ces écarts de salaires. Nous n’acceptons pas que la majorité des femmes soit encore scotchée au plancher collant des métiers dévalorisés à prédominance féminine et des temps partiels subis. Nous n’acceptons pas que les femmes soient écrasées par un plafond de verre qui les empêche d’accéder aux responsabilités. Les statisticiens optimistes prévoient qu’en laissant les choses évoluer « naturellement », nous atteindrons l’égalité dans 169 ans ! Nous ne pouvons attendre ! L'égalité entre les femmes et les hommes est une question de justice sociale, pour que cessent les violences économiques et sexistes. Les lois existent, il faut les appliquer. 

LUTTONS CONTRE LES VIOLENCES
SEXISTES ET SEXUELLES !
Sexisme ordinaire, harcèlement, agressions sexuelles, viols, mutilations sexuelles, mariages forcés, violences conjugales, lesbophobie et féminicides… Les violences sexistes et sexuelles concernent toute la société, tous les milieux et tous les âges. Les chiffres sont terriblement stables et le phénomène massif. Comment supporter qu’en 2018, la première cause de décès des femmes de 19 à 44 ans, soit la violence masculine ? Nous luttons contre cet archaïsme social de la disponibilité du corps des femmes, pour qu’enfin la liberté sexuelle des femmes et des hommes soit totale, débarrassée des violences et pour que le désir puisse être pensé en réciprocité 

NOUS VOULONS :
L’égalité entre les femmes et les hommes exige une volonté politique de tous les instants et des moyens humains et financiers importants. Les 0,006% du budget de l’Etat accordés aux droits des femmes, ne peuvent nous satisfaire. Prévention, formation, accompagnement, sanction, nécessitent des moyens conséquents pour que la situation change enfin ! 

SIGNATAIRES :
COLLECTIF 13 DROITS DES FEMMES : ANCRAGES, ATOUTS FEMMES, CENTRE EVOLUTIF LILITH, CERAMISTES ET ARTISTES DE LILITH, DIS-FORMES, FEMMES SOLIDAIRES, ECLOSION 13, EVREUX, ENSEMBLE !, FEMMES FORUM MEDITERRANÉE, FORUM FEMMES MEDITERRANÉE, FSU13, IMAGES ET PAROLES, LES AILES DE SILIGI, LES 3G, MOUVEMENT JEUNES FEMMES, MOUVEMENT DE LA PAIX, OSEZ LE FEMINISME 13 !, PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS, RESISTER AUJOURD’HUI, SOS FEMMES 13, SNUipp13-FSU, SYLKA BEAUTÉ SANTÉ, COORDINATION DE LA MARCHE MONDIALE DES FEMMES 13 PACA : adhérentes individuelles, CEL, COLLECTIF 84 DROITS DES FEMMES, FEMMES FAMILLES FONT VERT, GAMS Sud, MOUVEMENT DE LA PAIX 13, MRAP 13, UNION DES FEMMES DU MONDE NOIR, 3G, UNION SYNDICALE SOLIDAIRES 13 ET 83 ATTAC 13, AMICALE DU NID 13, AMNESTY INTERNATIONAL 13, LIGUE DES DROITS DE L’HOMME 13, MOUVEMENT DU NID 13, PLANNING FAMILIAL13

MIRAMAS

Projections - Journée internationale du droit des femmes
Jeudi 8 mars – Miramas
Soirée cinéma à l’initiative de Femmes solidaires avec les films "Jusqu'à la garde" de Xavier Legrand (à 18h) et "Femmes Plurielles" de Sébastien Bailly (à 21h). Apéritif dinatoire entre les deux.
À partir de 18h30 au cinéma Le Comoedia
Rue Paul Vaillant Couturier, 13140
NB: les programmes 20172016 et 2015 sont toujours sur ce site.

Avignon

Dans le cadre de la journée internationale des droits des femmes, la Ville accompagne des associations militantes dans l’organisation d’une semaine d’animations, expositions, débats...

Samedi 3 mars - 14h30

Théâtre de la Rotonde – Tout public

Exposition-Lecture « Etre femme en 14-18 » par Catherine ALIAS et proposée par l’association Femmes Solidaires.
Synopsis : Catherine Alias a recueilli des textes qui expriment le sort de ces femmes qui livrent un combat souvent tenu pour moindre en rapport avec ceux des poilus. Agricultrices, in rmières, ouvrières, espionnes, marraines, prostituées, militantes...car elles luttaient aussi pour être reconnues devant les urnes et pouvoir voter. Cette lecture est en hommage au courage de ces femmes. Et à celles d’aujourd’hui

Du 5 au 12 mars - 8h - 18h30

Péristyle haut de l’Hôtel de Ville - Place de l’Horloge - Tout public-Entrée libre

Exposition « MEMOIRES DE FEMMES Savoir dire non et marquer l’histoire » proposée par l’Association Rosa Parks et ses sœurs
Synopsis : Exposition autour de grandes gures féminines issues de tous milieux socio- culturels, religieux, politiques, ethniques ayant marqué l’Histoire d’hier et d’aujourd’hui.

Lundi 5 mars - 17h30

Péristyle haut de l’Hôtel de Ville - Place de l’Horloge

Inauguration de l’exposition « MEMOIRES DE FEMMES » Savoir dire non et marquer l’histoire » en présence de Madame le Maire

Mercredi 7 mars

13h - 17h30 : Salle de l’antichambre à l’hôtel de ville - Réservé aux professionnels Inscription uniquement par mail : 7mars2018avignon@gmail.com ConférencesurlesmutilationsgénitalesfémininesproposéeparADOMA enpartenariat avec le GAMS, le CIDFF, le CHU de la Conception (Marseille) et la Mairie d’Avignon

À L’OGA quartier de la Reine Jeanne - Tout public -Entrée gratuite

Atelier « prendre soin de soi » proposé par les associations LVFA et CIDFF Synopsis : En présence de maquilleuses, coiffeuses et masseuses.

19h : Théâtre du balcon-Tout public-Entrée payante

Représentation « La langue d’Anna » texte de Bernard NOEL et mise en scène de Olivier BRODA Synopsis : Dans ce monologue touchant, Bernard Noël donne la parole à l’icône italienne (Anna MAGNANI) qui se con e et se raconte, évoque son corps, l’emprise de la lumière et de l’ombre. Elle raconte sa féminité parfois encombrante, parfois salutaire.

Jeudi 8 mars

9h - 11h : Espace St Jean - Tout public
Café des femmes en partenariat avec le CIDFF
Synopsis : Débat sur le droit des femmes et valorisation de certaines personnalités du quartier.

11h30 : Parc Colette (quartier Ouest) - Tout public
Inauguration du parc en présence de Madame le Maire avec une rétrospective de la vie de Colette et la lecture de textes de l’auteure.

18h - 20h : Salle des fêtes de l’hôtel de ville - Tout public-entrée gratuite Conférence-débat autour du livre « Une chandelle dans le noir » de Olivia ERVI proposée par l’association LVFA et en présence de l’auteure, de Maitre Franck GARDIEN et Françoise LICHIERE, Conseillère Municipale déléguée aux droits des femmes.

19 h : Théâtre du Balcon - Tout public - Entrée payante
Représentation « L’autre là la Blonde » texte et mise en scène de Ivan ROMEUF Synopsis : Dans une maison de retraite, une femme se bat avec ses souvenirs ou des souvenirs qui ne lui appartiennent pas mais qu’elle a faits siens.

20h15 : Théâtre de l’étincelle - Tout public - Entrée payante
Représentation « L’amour, la mort, les fringues » de Danielle THOMPSON
Synopsis : Cette pièce est jouée par cinq femmes qui, à travers l’accessoire et le vêtement, mettent en scène l’histoire de leurs vies. Elles dévident la bobine de leurs souvenirs, leurs amours, leurs galères, le rapport avec leurs mères et bien sûr leur féminité en prenant le prétexte d’un bout de tissu, d’une botte, d’un sac.

Vendredi 9 mars

19h - 21h : Théâtre des halles - Tout public
Soirée festive avec les associations Andalouse Alhambra et Contraluz Le parking des halles est au prix de 2 euros entre 19h et 1h du matin

Jeudi 15 mars

9h - 14h : Salle des Continents - Tout public

Manifestation sur l’emploi et les femmes proposée par la MPT Champ eury, l’AATOA et le CIDFF et lancement du bureau d’accompagnement individualisé vers l’emploi du CIDFF. Synopsis : A cette occasion, animation d’une journée sur les inégalités hommes/femmes, la mise en place d’informations, de conseils ou un accompagnement sur l’accès à l’emploi et la création d’entreprises. 

Réveillons nous

publié le 11 déc. 2017 à 07:39 par LGBT PACA   [ mis à jour : 11 déc. 2017 à 07:39 ]

Noël pour tou·te·s et les autres. 15 DEC 19H -> 22H AU PULSE

Un festival de féminismes

publié le 10 nov. 2017 à 05:14 par LGBT PACA   [ mis à jour : 10 nov. 2017 à 05:15 ]

CP du T-Time: Conférence organisée par “Fierté Montpellier Pride”

publié le 3 oct. 2017 à 22:45 par LGBT PACA   [ mis à jour : 13 oct. 2017 à 23:47 ]


Le 03/10/2017, par le T-Time
Les 17, 18 et 19 novembre 2017, se tiendra à Montpellier une conférence « nationale » intitulée : "Les trans, parlons-en", organisée par l’association Fierté Montpellier Pride.
L’association T-Time a été invitée à intervenir pour "témoigner des discriminations, violences verbales et/ou physiques dont sont victimes les personnes « Trans »".
Au programme de cette conférence, une journée entière intitulée "chronologie d'UN parcours transidentitaire" où interviendront différents professionnels de la médecine, ainsi que des membres des équipes hospitalières (SOFECT) ; psychiatres, sociologues, laboratoires pharmaceutiques, chirurgiens, etc.
Tout comme d'autres associations, le T-Time a été invité à intervenir le dimanche, de 16h15 à 17h15. Nous ne voyons que trop bien la place accordée aux principal.es concerné.es. Un créneau d'une heure, en fin de week-end, là où le corps médical aura une tribune d'une journée, sans contradictoire, le vendredi.
Nous ne pouvons accepter sans ciller ce rôle qui nous est encore et toujours attribué, faisant fi de l'empowerment que les collectifs et associations trans mettent en œuvre depuis 30 ans à travers un tissu associatif d'auto-support, d'entraide, de lutte contre la psychiatrisation et contre les protocoles des équipes de la SOFECT.
Le T-Time, comme toutes les associations membres de la Fédération Trans et Intersexes (FTI), est farouchement opposé à une vision psychiatrisante de la Transidentité, et demande le démantèlement de ces équipes qui, régulièrement, violentent, discriminent et jugent sur des critères arbitraires les personnes trans et intersexes qui se présentent à elles tout en s'arrogeant le droit d'en exclure celles qui ne rentrent pas dans leurs critères d'un autre temps.
Le T-Time, ainsi que les associations membres de la Fédération Trans et Intersexes, lutte pour la diversité des "parcours" et le libre choix des médecins, ce que la SOFECT s'échigne à nous refuser.
L’association Fierté Montpellier Pride entend que nous témoignions des violences subies par les personnes trans alors que les premières violences sont celles perpétrées par ces équipes hospitalières de la SOFECT ! (psychiatrisation, tests psychologiques, test de vie réelle, parcours unique, stérilisation ...)
Parce que Fierté Montpellier Pride déroule un tapis rouge aux équipes psychiatrisantes de la SOFECT, parce que cette association n'a aucune légitimité à parler sur nous sans nous concerter et se fait la complice des violences perpétrées sur les personnes trans et intersexes, le T-Time appelle à un BOYCOTT de cette pseudo-conférence!
Ainsi, en boycottant clairement cette conférence organisée sans concertation aucune avec les associations d’usager.es trans, nous dénonçons que la première violence dont sont victimes les personnes trans et intersexes vient du monde médical en général et du monde psychiatrique en particulier.
Cette conférence s’inscrit de plus dans un contexte très récent de confiscation de la parole des personnes trans et intersexes, par des associations de médecins, de santé, LGBT, ou des partis politiques (d'autres colloques, conférences sont ainsi annoncés dans d'autres villes de France avec la SOFECT comme principale intervenante).
Il est inadmissible de constater qu’à notre époque, alors même que les associations trans et intersexes, se fédèrent pour peser dans le débat sociétal, des associations de personnes non concernées parlent encore en notre nom, organisent des conférences pour parler de nous, sans nous, prennent des décisions sans nous consulter, tout en instrumentalisant, le plus souvent, quelques personnes trans parmi leurs membres pour mieux légitimer leurs pratiques d’un autre temps.
Nous appelons donc nos membres, les collectifs, groupes et associations réellement allié.es et défenseur.es des libertés des personnes trans et intersexes à se joindre à notre boycott de cette conférence ainsi qu’à relayer le présent communiqué.
Co-signataires:

Tribune: Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires

publié le 3 oct. 2017 à 06:08 par LGBT PACA   [ mis à jour : 3 oct. 2017 à 06:10 ]

 Alors qu'un bus de la plateforme CitizenGo s'apprête à sillonner les rues de Paris et d'Ile-de-France contre l’idéologie du genre, un collectif d'associations engagées dans la lutte pour les droits des lesbiennes, gays, bi et trans appellent à faire barrage à une telle propagande.

Si l’actualité voit ressurgir l’influence des réactionnaires dans le débat public, l’école n’est pas à l’abri des propos sexistes, LGBTphobes, haineux et mensongers qui vont crescendo depuis 2013. En ce début d’année scolaire, il est une action qui nous préoccupe particulièrement.

CitizenGo organise en Ile-de-France, du 3 au 9 octobre, la tournée d’un bus visant à «protéger les enfants» et à «alerter» les parents contre la politique de l’éducation nationale… et c’est encore une fois la même antienne : l’obsession d’une école qui n’instruirait plus mais se substituerait aux parents pour éduquer les enfants, les délires diffamatoires sur une prétendue éducation sexuelle dès la maternelle, l’opposition farouche à la déconstruction des stéréotypes de genre, le déni des familles homoparentales.

Cette nouvelle attaque réactionnaire est annoncée par un communiqué tissant, avec une outrance qui sidère autant qu’elle révolte, le complotisme, la victimisation et le mensonge pur et simple (et de tels propos ont déjà été sanctionnés par la justice, avec la condamnation pour diffamation de l’écrivaine Farida Belghoul).

Cette stratégie et ces propos montrent une nouvelle fois le projet de société délétère porté par CitizenGo et ses épigones : une société où toutes les outrances verbales sont permises et où les affirmations infondées devraient faire foi face à la réalité des faits, une société qui s’accommode et même défend les stéréotypes sexistes et LGBTphobes qui enferment et stigmatisent au mépris de l’épanouissement des uns, des unes et des autres, une société qui nie l’égalité des droits et le respect des individus.

Et ce n’est pas seulement cette vision réactionnaire qui doit nous alerter, mais aussi les conditions de possibilité d’un discours aussi rétrograde. Si toutes les franges réactionnaires occupent à ce point la place publique, si elles le font avec une outrance aussi décomplexée, c’est que la frilosité des politiques en matière de lutte contre le sexisme et les LGBTphobies et la complaisance dont beaucoup ont fait preuve à l’égard de propos et d’attitudes clairement LGBTphobes les y ont encouragées.

Face à la haine au visage tranquille, l’urgence est donc double : il faut défendre un projet de société égalitaire, ouverte, émancipatrice, dans lequel l’école, parce qu’elle est un lieu de socialisation autant que d’apprentissage, doit contribuer à lutter contre les rapports de domination sexistes, LGBTphobes, racistes qui oppriment et aliènent.

Il faut également exiger la plus grande détermination, le refus de toute complaisance ou compromis de la part de nos institutions (ministère, rectorats, inspections académiques, centres de formation, équipes dirigeantes et pédagogiques des établissements) à l’égard de celles et ceux qui défendent la perpétuation des oppressions sexistes et LGBTphobes. 

Nous, associations et syndicats engagés dans la lutte pour les droits des lesbiennes, gays, des bi et des trans, appelons à faire barrage par les mots et l’action à la propagande réactionnaire de CitizenGo auprès des parents et des pouvoirs publics. Reculer face aux réactionnaires laisserait la porte ouverte à des discriminations sexistes et LGBTphobes toujours plus nombreuses. Nous portons ensemble l’exigence d’une autre société.


Signataires : Acceptess-T; Act Up Paris; Act Up Sud Ouest; ADFH; Adheos; AIDES; APGL association des parents et futurs parents gays et lesbiens; Arc-en-ciel Toulouse/Occitanie; Artogalion Arras Pas-de-Calais; Association Exaequo; Association LBTG; Association LGBT+ du Pays Basque «Les BASCOS»; Association Nationale Transgenre; Centr’Egaux; Centre LGBT Côte d’Azur; Centre LGBT de Normandie; Centre LGBT de Paris Ile-de-France; Centre LGBT de Touraine; CGLBT Rennes; Collectif éducation contre les LGBTphobies en milieu scolaire et universitaire (Fcpe, Fep-CFDT, Ferc-CGT, Fidl, FSU, Sgen-CFDT, Solidaires Etudiant.e.s, SUD Education, UNEF, UNL); Collectif IDEM Marseille; Collectif Pride de Nuit; CONTACT Paris Ile-de-France; Contact Rhône; Couleurs Gaies; Equinoxe Nancy; Estim’; Fédération LGBT; Fiertés Lille Pride; Fierté Montpellier Pride; Gay-T Normande; Groupe Action Gay et Lesbien du Loiret, centre LGBT Orléans; HES; Homogène; Inter-LGBT; La Lesbian and Gay Pride de Lyon; La Station Centre LGBTI de Strasbourg-Alsace; Le Girofard centre LGBT+ de Bordeaux-Aquitaine; Les Enfants d’Arc-en-Ciel l’asso; Multi’genres 56; NELFA réseau des associations européennes des familles homoparentales; NOSIG-Centre LGBT de Nantes; Quazar Centre LGBT d’Angers; Rando’s Provence; SIS-Animation.

TDOR 2017 en PACA, Marseille et Nice...

publié le 21 sept. 2017 à 09:05 par LGBT PACA   [ mis à jour : 12 nov. 2017 à 22:47 ]

 Marseille, 20 novembre.

Pour la sixième année consécutive, des associations marseillaises s'associent pour célébrer le “TDoR” en souvenir des victimes de la transphobie: un film et une action pour échanger, s’informer et se souvenir.

Tous les trois jours une personne transgenre est tuée dans le monde en raison du rejet et de la pathologisation des transidentités (*). Chaque jour, des milliers de personnes trans’ ou intersexes subissent des violences verbales ou physiques et des discriminations. La transphobie est, dans notre société patriarcale, binaire et inégalitaire, un symptôme des discriminations liées au genre. En France, entre autres, s’exerce encore une transphobie d’état assurée par la quasi totalité du corps médical et juridique.

Le 20 novembre, la journée Internationale en souvenir des victimes de la transphobie (ou TDoR, transgender day of remembrance) veut rendre hommage à la mémoire des personnes subissant les transphobies, réveiller la conscience collective et des médias sur les crimes transphobes, et rappeler aux personnes cisgenres (non-transgenres) que les personnes trans existent, qu'elles, qu'ils et qu’yels sont leurs enfants, parents, soeurs, frères, ami·e·s ou amant·e·s.

Il s’agit aussi à cette occasion d’expliquer et de médiatiser les revendications des personnes trans’ et intersexes et de celles et ceux qui les soutiennent : le changement d’état civil libre, gratuit et déjudiciarisé; des “parcours médicaux” sans psychiatrisation ni choix imposés; l’arrêt des mutilations et des assignations des intersexes à la naissance; la lutte contre la transphobie grâce à l’évolution de la loi et à la prévention; le respect des enfants et des adolescent·e·s trans et leur protection; le respect de l’identité de genre dans toutes les situations, y compris dans les prisons et à l’occasion des démarches de régularisation des migrant·e·s. Sensibiliser à la transphobie, c'est aussi lutter contre le système cis hétéro-patriarcal qui produit entre autres le sexisme, la lesbophobie et la gayphobie. C'est aussi lutter contre les oppressions croisées de genre, de "race " (le mot "race" n'a aucun fondement biologique mais les groupes sociaux basés sur la race ont été historiquement construits et continuent d'agir via le racisme) et de classe, qui produisent des oppressions différentes et non cumulées. Rappeler, toujours, que la diversité est l’une de nos richesses.

Le 20 novembre à Marseille
, l'Observatoire Des Transidentités, le T.Time, SOS homophobie, AIDES et le cinéma Les Variétés proposent:
Le “parcours de vie” transexpress est principalement conçu pour les personnes au contact du public, mais ouverte à tout·e·s. Il s'agit d'un bref “jeu” de rôle. Les participant·e·s passent 24 minutes dans la peau d’une personne trans, selon un synopsis qui leur est distribué, et rencontrent tour à tour des membres de leur famille ou d’associations, des professionnel·le·s de santé, et des personnes qui détiennent une forme d’autorité (postier·e, employeur·se, policier·e etc.). Ce passage express dans la vie d’une personne trans illustre les violences institutionnelles et les obstacles quotidiens. Il montre aussi comment les gens (vous, peut-être?) peuvent, en fonction de leur attitude, leur rendre la vie simple ou insupportable. Mais, évidemment, la vie ce n’est pas un jeu.

(*) Chiffres de l'Observatoire des personnes trans assassinées, un projet soutenu par l'ONG internationale Transgender Europe.


 Chaque 20 novembre, la journée internationale du TDoR (transgender day of remembrance) attire l’attention sur les violences subies par les personnes trans. Chaque année, en PACA (à Avignon, Marseille et Nice...), les associations proposent des évènements, actions, films, expositions, débats et soirées en souvenir des personnes disparues, victimes de la transphobie. Pour ajouter un évènement dans cette liste, écrivez à contact@lgbt-paca.org

Les programmes 201620152014, 2013, et 2012 sont encore sur ce site.



Nice, 20-26 novembre.

La Journée du souvenir trans (Transgender Day of Remembrance – TDoR se tient internationalement le 20 novembre. Elle fait vivre le souvenir des personnes assassinées ou poussées dans la mort par la transphobie, c’est-à-dire le refus de l'existence et la haine des personnes trans.

Lundi 20 Novembre, à 18 heures, Le Centre LGBT Cote d'Azur organise un RASSEMBLEMENT ET RECUEILLEMENTPlace Massena à Nice (entrée de la promenade du paillon)  
https://www.facebook.com/events/1659786787377758/ 

Aujourd'hui, en France et partout dans le monde, les personnes trans sont discriminées. L'imposition d'obstacles successifs les enferme brutalement dans une grande précarité sociale.

Nous nous rassemblons pour interpeller les consciences. Nous nous rassemblons parce que nous croyons aux valeurs de fraternité et de dignité, et parce que nous sommes attaché-e-s au respect des droits humains.

D'autres actions sont menées cette même semaine pour échanger et interpeller sur la situation et les droits des personnes transgenres en France, en Europe et dans le Monde :

20/11 : Projection du film « Transitioning - Transgender Children » , avec prise de parole et questions, au Cinéma Le Mercury à 20h30, organisée par l’association Polychromes. Avec la participation de la présidente de l'association de parents d'enfants transgenres Chrysallis (Espagne). Entrée : 4 €

22/11 : Soirée Poésie et Chansons. Lecture de poèmes par la Poétesse Lou Spry et Ayça Top, étudiante en sociologie-philo. Chansons par l'Auteure-Compositrice Juline au Centre LGBT Côte d’Azur, 123 rue de Roquebillière à Nice, à 19h30. Organisées par l’ATCA (Association des Transgenres de la Côte d'Azur). Entrée libre. Premier verre offert.

26/11 : Pièce de théâtre « Le Syndrome Roberta », Théâtre L'Alphabet Nice, 19 rue Delille à Nice, à 20h. Mise en scène : Benoi Josset. Réservation indispensable sur centrelgbt06.fr(bientôt disponible). Entrée : libre à partir de 5 €.

#RainbowMarch : 28 Juin, Marseille

publié le 14 juin 2017 à 01:01 par LGBT PACA   [ mis à jour : 18 juin 2017 à 05:18 ]

#RainbowMarch : 28 Juin -

Commémoration des émeutes de Stonewall





 Les émeutes de Stonewall sont une série de manifestations spontanées et violentes contre un raid de la police qui a eu lieu dans la nuit du 28 juin 1969 à New York, au Stonewall Inn (dans le quartier de Greenwich Village). Ces événements sont souvent considérés comme le premier exemple de lutte des LGBT+ contre un système soutenu par les autorités et persécutant les MOGAI ("Marginalized Orientations, Gender Alignement and Intersex"). 

Ces émeutes représentent le moment symbolique marquant le début du mouvement des droits civiques pour les homosexuels, aux États-Unis et partout dans le monde.



En 2017, comme nous avons pu le voir, les camps de concentrations pour homosexuels sont toujours d'actualité, nous avons toujours autant de mal à faire valoir nos droits en France (et partout ailleurs dans le monde), l'homophobie ordinaire s'est démocratisée grâce aux médias et aux stéréotypes malaisantsvéhiculés dans certaines émissions de télévision, touchant principalement les millennials...

Nous avons donc du soucis à nous faire pour le futur, la jeunesse représentant l'Avenir d'une société,préservons la d'un conditionnement de la haine envers la différence et la diversité.


Partout dans le monde, nous assistons à une montée de violence extrême et radicale envers les LGBTQI+ .


Stonewall fut le début d'une prise de conscience,

s'inscrivant dans un changement sociétal global.


Parce que le mot résister doit toujours se conjuguer au présent, marchons vers la plus Queer des insurrections !

Parce que se sentir en sécurité ne devrait jamais être un privilège, et doit être la base des droits humains, marchons ensemble pour plus d'humanité !


« À travers l'Histoire,

les changements réellement fondamentaux qu'ont connus les sociétés n'ont pas été imposés par des gouvernements ni ne sont le résultat de batailles, mais ils s'expliquent par le changement de mentalité, souvent seulement un infime changement, d'un grand nombre de personne. »


Revendiquons notre droit de manifester le 28 juin, qui est la seule et véritable date symbolique des luttes LGBT+

Marseille est la deuxième plus grande ville de France, pourtant notre cité phocéenne est loin d'être ouverte et tolérante envers les minorités sexuelles.

Il est de notre devoir de faire valoir nos droits -ceux des Lesbiennes, Gays, BiEs, Trans, 

Queer et Intersexes-, 

auprès des pouvoirs politiques

et d'enclencher une dynamique collective pour promouvoir notre visibilité !


Nous vous proposons d'organiser une 

Marche Nocturne SAUVAGE 

(non déclarée à la Préfecture)

 le Mercredi 28 Juin à 18h30 

-départ sous l'Ombrière du Vieux-Port-,

 en commémoration de Stonewall,

 et pour notre avenir en commun.


Sois actrice,

Sois acteur

du changement,

apporte tes idées, tes valeurs, tes convictions, ton amour

L'Histoire LGBTQI+ c'est toi !

​​​

Nous vous remercions de partager l'information auprès de vos contacts

Suivez l'actualité


Le Collectif Rainbow Cité sur Facebook
​​
​-----------------------

#RainbowMarch - Evénement sur Facebook


Soirée contre l'homophobie - Six Fours Les Plages - 1er juin

publié le 25 mai 2017 à 00:06 par LGBT PACA   [ mis à jour : 25 mai 2017 à 00:07 ]



1-10 of 199